Accès membre

Afpa - Le Réseau

Assistant médical, un nouveau métier créé par le gouvernement

  • 24 sept. 2018
  • -
  • Catégorie : Information
  • -
  • Auteur : CAROLE Afpa Le Réseau
  • -
  • Vu : 225 fois


Emmanuel Macron a confirmé la création de 4 000 postes d’assistants médicaux à l’horizon 2022. Leurs missions ? Seconder les médecins libéraux dans leur activité quotidienne pour alléger leur tâche et augmenter le nombre de consultations.             

Les prises de parole autour de grands projets politiques s’enchaînent pour Emmanuel Macron. Après l’annonce d’un revenu universel d’activité, le Président a présenté ce mardi 18 septembre sa réforme de la santé. Si l’Etat prévoit de débloquer 400 millions d’euros pour désengorger les hôpitaux, soulager le personnel soignant et lutter contre les déserts médicaux, il prévoit aussi la création d'un nouveau métier : l'assistant médical.

Les missions : de petits actes médicaux et de l’administratif

Cette profession existe déjà chez les dentistes ou les ophtalmologues, par exemple. Désormais, les médecins pourront également compter sur un binôme. Concrètement, l'assistant médical sera chargé d'épauler le généraliste ou le spécialiste dans son cabinet. À mi-chemin entre l’infirmier et le médecin, il sera une sorte de « super infirmier ».

Un soutien qui permettra aux médecins de se décharger de la partie administrative notamment, mais aussi et surtout de se faire aider dans leur activité, à travers la réalisation d’actes simples (préparation de la consultation, accueil du patient, prise de tension, de température…). Une aide qui permettrait in fine d’augmenter le nombre de consultations. Selon Emmanuel Macron, ces professionnels pourraient faire gagner entre 15 et 20 % de temps médical à des médecins qui sont débordés et revendiquaient depuis longtemps la création de ce statut.

Car il est vrai qu’aujourd’hui, « les spécialités qui ont le plus besoin [d’assistants] sont surtout les médecins qui font de la consultation, généralistes, pédiatres, psychiatres, endocrinologues, rhumatologues », a expliqué Jean-Paul Ortiz, président de la Confédération des syndicats médicaux (CSMF), dans Les Echos.

Comment devenir assistant médical ?

Dans un premier temps, les assistants médicaux seront des aides-soignants, des infirmiers et des secrétaires médicaux qui auront bénéficié d'une courte formation supplémentaire. Mais le flou subsiste. Quelle formation et quel diplôme permettront d’exercer ce nouveau métier ? Le Président n’a pas abordé le sujet.

Où pratiquer ?

La priorité étant de lutter contre les déserts médicaux, les assistants médicaux seront d’abord affectés dans des zones manquant de médecins. Mais le chef de l’État a précisé qu’au final, il souhaitait en déployer à travers tout l’Hexagone, « le nombre de 4 000 pouvant être dépassé si la situation l’exige ».

En revanche, les assistants médicaux ne pourront faire partie que d’un cabinet où plusieurs médecins consultent. En contrepartie, ces derniers devront s’engager sur des objectifs et des résultats : prise en charge de nouveaux patients, raccourcissement des délais d’attente, action de prévention, consultation non programmée…

Quelle grille de rémunération ?

Selon la ministre de la Santé Agnès Buzyn, c’est la sécurité sociale qui devrait prendre en charge une majeure partie du salaire des assistants médicaux. Mais dans quelle proportion ? Cela reste flou et devra faire l’objet de négociations.

Source : REGIONSJOB - Septembre 2018

Commentaires

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire