Afpa - Le Réseau
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Portrait : Galang Sam, une formation, un métier, une fierté

Portrait

-

13/03/2017

Après avoir travaillé 12 ans comme manutentionnaire ou magasinier sans aucun diplôme, Galang Sam a suivi la formation de “conducteur d’appareils de l’industrie chimique” au centre Afpa de Vénissieux (Rhône), afin d’exercer une profession qui lui plaise et dans laquelle il se sente enfin valorisé.
Se reconvertir dans un nouveau métier n’est jamais chose aisée. Mais ça l’est encore moins lorsqu’on ne possède aucun diplôme. Galang Sam, ancien magasinier de 34 ans, aujourd’hui conducteur d’appareils de l’industrie chimique, en sait quelque chose. «  J’ai eu un parcours scolaire assez chaotique, analyse ce fils d’exilés cambodgiens, arrivé dans la région lyonnaise à l’âge de 2 ans. J’ai redoublé plusieurs classes, avant d’abandonner définitivement l’école en 4e. Il faut dire que l’école ne m’intéressait pas, je n’y voyais aucun intérêt. Les profs ne me proposaient rien, pas d’orientation, même dans un cursus manuel... De mon côté, j’avais 16 ans et aucune idée de ce que je voulais faire. »
Fabriquer quelque chose
Abandonné à lui-même,  Galang va malgré tout décrocher une place chez un fabriquant d’adhésif basé à Villeurbanne comme manutentionnaire puis magasinier, métiers pour lesquels « aucune qualification n’était nécessaire ». Il y restera 12 ans, jusqu’en 2014, moment où, ne trouvant plus d’intérêt à ce qu’il faisait, il décide de conclure une rupture conventionnelle. « La paie était bonne, justifie-t-il, mais ce n’était pas un métier épanouissant. Je voulais quelque chose qui me plaise vraiment, quelque chose qui me fasse me lever le matin, pour moi, pour ma famille et mes enfants de 3 et 5 ans. »
Via Pôle emploi, le jeune homme découvre alors la formation de “conducteur d’appareils de l’industrie chimique” (CAIC). « Ce qui m’a plu en premier dans ce métier, c’est le fait de fabriquer quelque chose, car c’est une fierté de pouvoir découvrir le produit dans le commerce et de pouvoir me dire que c’est moi qui l’ai fait, s’enthousiasme Galang. Pour la formation proprement, j’avais un peu peur de retourner sur les bancs de l’école vu mon passé, mais finalement, tout s’est bien déroulé. »
Rigueur, considération et fierté
Tellement bien d’ailleurs, qu’après 9 mois de formation au centre Afpa de Vénissieux, assortis de trois stages en entreprises, le jeune diplômé intègre la société chimique Bluestar Silicone, spécialisée dans la fabrication d’élastomère de performance à destination notamment des industries aéronautiques, paramédicales et automobiles. « Pour faire CAIC, il faut de la rigueur, car on fabrique de grosses quantités de produit et on n’a pas le droit de se tromper. La moindre erreur peut entraîner la destruction de toute une fabrication. »
Une responsabilité qui semble assez bien convenir à Galang : « Chaque jour, je prends plaisir à aller au travail, car j’ai enfin un métier entre les mains dans lequel je me sens à la fois épanoui, mais aussi valorisé et considéré. Grâce à ma formation, j’ai retrouvé une certaine forme de fierté. En fait, je suis tellement content et fier de mon nouveau métier que je l’ai proposé à mes deux beaux-frères qui ont débuté leur formation, dont l’un à l’Afpa de Vénissieux ! », conclut-il dans un grand éclat de rire.
 
Philippe Lefebvre
 

82 vues Visites

2 J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portrait

[Les médias en parlent] - Alexandre Durand dit "Hista" - Artiste et entrepreneur

User profile picture

Christine Afpa Le Réseau

26 mars

Portrait

[ Les médias en parlent ] - Pierre Tchadé devient le chef de la brasserie Les Climats

User profile picture

Christine Afpa Le Réseau

03 mars

Portrait

[VIDÉO] Recrutement réussi ! Pauline et Alain vous racontent....

User profile picture

Christine Afpa Le Réseau

13 juillet